04 mars 2005

Terra incognita... Chapitre dix


Via dolorosa, chemin de croix et un palestinien sans le sou comme tous les marchands du Temple ! «  un jour les arabes seront unis et on les renverra à la mer » le poing dressé et le regard noir, un aigle pour symbole de la boutique tout est dit. Le chemin de croix n’est pas fini pour tout le monde . Quelques mètres plus loin, Ecce homo, congrégation des « sisters of Zion». Sur la terrasse, spectacle magnifique des toits de Jerusalem. Mosquée du Rocher contre Saint sépulcre. Le temps s'arrête devant ses murs et ses pierres. 

Match nul… Du bonheur en images, c’est tout ce qui leur reste, et encore…Narguileh et thés à la menthe plus tard, l’équation n’a pas changée mais, une chose est sûre c’est qu’on ne renie pas ses racines, elles vous rattrapent toujours…

Shabbat chez les Bronstein, Ashkenaze power ! Pratiquants orthodoxes, mais les personnes les plus prêtes à la discussion rencontrées depuis le début du séjour… Bam ! Fracture de l’œil droit, Dina ! la plus jeune fille de la famille, une beauté à faire lever Lazare, lui même ! Longs cheveux bruns, sur une peau amoureusement bercée par le soleil, servis par deux pupilles noirs comme le charbon qui illumine un visage déjà paré d’un sourire version mille feux, le tout rehaussé par un débardeur qui laisse deviner le Monts des oliviers et le Golgotha…Que Dieu me tripote !

 3 ans de service dans l’armée, un français un peu rouillé qui ajoute encore à son charme ! Une ouverture d’esprit à des années lumières des clichés sur le conflit… Engagez vous qu’ils disaient ! ! Je signe où … malheureusement maquée avec une espèce de boulet anglophone aussi muet que le Tombeau de Rachel !

Heureusement le miracle d’Internet, laisse entrevoir quelques espoirs ! ! ! Retour Vers le roi Salomon.

Shabbat toujours, Samedi jusqu’au coucher du soleil… Jerusalem encore plus vide qu’à l’accoutumée… Visite au Monts des Oliviers, regrets éternels et pas pour Jésus ! Descente, sans la croix vers la via Dolorosa, sur les pas du Christ. Arnaques à tous les coins de rues, faux lieu de naissance de Marie dans une cave, le cirque Barnum version religieuse ! 

Un petit tour sur les toits, histoire de se faire une intraveineuse de bonheur avant le grand voyage… direction les territoires palestiniens ! ! ! Bethleem, l’église de la Nativité, le berceau, au sens propre, de la civilisation judéo-chrétienne ! ! Enfin libres … La liberté à un coût et il n’est pas donné 300 balles pour un aller retour ! ! ! Check point franchi sous le regard amusé de jeunes de Tsahal plus occupé à déjeuner qu’à contrôler… Ouf mais pas pour longtemps … Pas mis le pied depuis 2 secondes que nous sommes déjà pris en charge, Gilles et moi. Pas moyen d’y aller à pied, on pourrait nous confondre avec des israéliens, nous dit le taxi avec un sourire entendu un brin menaçant… Arrivé à bon port, le taxi ne nous lâche plus, un premier guide « officiel », accrédité par L’AP, nous colle suivi dans la minute d’un « policier du tourisme » qui nous demande la mitraillette au poing «  si tout va bien » . A l’autre bout de la place une manifestation de femmes qui réclament la libération des prisonniers palestiniens, une centaine tout au plus ! mais on nous « invite » à prendre le chemin de l’église de la nativité. La plus vieille église du monde à du mal à passer… Sortie sur le côté, tentative de prendre un peu de recul vis à vis de nos hôtes, au bout de 200 mètres , le taxi nous suit à distance ! ! ! ! Arrêt sur la place centrale, invitation aux joies du Kawa , ne jamais refuser, première loi de l’Orient ! Surtout une fois que l'on sait que les convives sont du Tanzim... Nouveau guide qui reprend les rênes, chrétien et plus détendu mais pas moins intéressé direction la vieille ville… Disques du Fatah à la gloire des martyrs des brigades d’Al Aqsa… Armes au poings sur la pochette ! Chouette ! Le Che au détour d’un mur « tagué » en rouge sang au milieu des portraits des « martyrs » placardés sur les murs comme des concerts parisiens… Allah Wakbar !

Les gens parlent mais le discours reste entendu sauf un «  si on nous donne de quoi manger et ou vivre on arrêtera tout cela » plein de bon sens, pas la chose la mieux partagée de ce côté de la Méditerranée. Par contre , au détour d’une boutique , un milicien tout de camouflage vêtu me toise, je baisse les yeux pour la première fois depuis le début du voyage, les regards trompent rarement … celui là ne me disait rien qui vaille. Demi-tour, de toute façon notre temps était écoulé et le guide avait déjà renversé la clepsydre !

Délestage d’une centaine de sheckels (encore), et retour rapide à la case départ.



Paris via Tel Aviv, Elal le retour version «  je fouille trois fois ton sac »avant de te laisser t’envoler… Au dessus des Cyclades, cette phrase d’ Ytzhak Maier, ancien Ambassadeur d’Israël en Suisse résonne encore dans mon cerveau «  le socialisme d’Israel était biblique, il ne l’est plus » Et finalement si c’était la région qui ne l’était plus ? A la poussière tu retourneras, disait l’autre… Au commencement était la terre…

Posté par vittoriogiovanni à 11:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Terra incognita... Chapitre dix

Nouveau commentaire