Via Jerusalem

04 mars 2005

Terra incognita... Chapitre dix


Via dolorosa, chemin de croix et un palestinien sans le sou comme tous les marchands du Temple ! «  un jour les arabes seront unis et on les renverra à la mer » le poing dressé et le regard noir, un aigle pour symbole de la boutique tout est dit. Le chemin de croix n’est pas fini pour tout le monde . Quelques mètres plus loin, Ecce homo, congrégation des « sisters of Zion». Sur la terrasse, spectacle magnifique des toits de Jerusalem. Mosquée du Rocher contre Saint sépulcre. Le temps s'arrête devant ses murs et ses pierres. 

Match nul… Du bonheur en images, c’est tout ce qui leur reste, et encore…Narguileh et thés à la menthe plus tard, l’équation n’a pas changée mais, une chose est sûre c’est qu’on ne renie pas ses racines, elles vous rattrapent toujours…

Shabbat chez les Bronstein, Ashkenaze power ! Pratiquants orthodoxes, mais les personnes les plus prêtes à la discussion rencontrées depuis le début du séjour… Bam ! Fracture de l’œil droit, Dina ! la plus jeune fille de la famille, une beauté à faire lever Lazare, lui même ! Longs cheveux bruns, sur une peau amoureusement bercée par le soleil, servis par deux pupilles noirs comme le charbon qui illumine un visage déjà paré d’un sourire version mille feux, le tout rehaussé par un débardeur qui laisse deviner le Monts des oliviers et le Golgotha…Que Dieu me tripote !

 3 ans de service dans l’armée, un français un peu rouillé qui ajoute encore à son charme ! Une ouverture d’esprit à des années lumières des clichés sur le conflit… Engagez vous qu’ils disaient ! ! Je signe où … malheureusement maquée avec une espèce de boulet anglophone aussi muet que le Tombeau de Rachel !

Heureusement le miracle d’Internet, laisse entrevoir quelques espoirs ! ! ! Retour Vers le roi Salomon.

Shabbat toujours, Samedi jusqu’au coucher du soleil… Jerusalem encore plus vide qu’à l’accoutumée… Visite au Monts des Oliviers, regrets éternels et pas pour Jésus ! Descente, sans la croix vers la via Dolorosa, sur les pas du Christ. Arnaques à tous les coins de rues, faux lieu de naissance de Marie dans une cave, le cirque Barnum version religieuse ! 

Un petit tour sur les toits, histoire de se faire une intraveineuse de bonheur avant le grand voyage… direction les territoires palestiniens ! ! ! Bethleem, l’église de la Nativité, le berceau, au sens propre, de la civilisation judéo-chrétienne ! ! Enfin libres … La liberté à un coût et il n’est pas donné 300 balles pour un aller retour ! ! ! Check point franchi sous le regard amusé de jeunes de Tsahal plus occupé à déjeuner qu’à contrôler… Ouf mais pas pour longtemps … Pas mis le pied depuis 2 secondes que nous sommes déjà pris en charge, Gilles et moi. Pas moyen d’y aller à pied, on pourrait nous confondre avec des israéliens, nous dit le taxi avec un sourire entendu un brin menaçant… Arrivé à bon port, le taxi ne nous lâche plus, un premier guide « officiel », accrédité par L’AP, nous colle suivi dans la minute d’un « policier du tourisme » qui nous demande la mitraillette au poing «  si tout va bien » . A l’autre bout de la place une manifestation de femmes qui réclament la libération des prisonniers palestiniens, une centaine tout au plus ! mais on nous « invite » à prendre le chemin de l’église de la nativité. La plus vieille église du monde à du mal à passer… Sortie sur le côté, tentative de prendre un peu de recul vis à vis de nos hôtes, au bout de 200 mètres , le taxi nous suit à distance ! ! ! ! Arrêt sur la place centrale, invitation aux joies du Kawa , ne jamais refuser, première loi de l’Orient ! Surtout une fois que l'on sait que les convives sont du Tanzim... Nouveau guide qui reprend les rênes, chrétien et plus détendu mais pas moins intéressé direction la vieille ville… Disques du Fatah à la gloire des martyrs des brigades d’Al Aqsa… Armes au poings sur la pochette ! Chouette ! Le Che au détour d’un mur « tagué » en rouge sang au milieu des portraits des « martyrs » placardés sur les murs comme des concerts parisiens… Allah Wakbar !

Les gens parlent mais le discours reste entendu sauf un «  si on nous donne de quoi manger et ou vivre on arrêtera tout cela » plein de bon sens, pas la chose la mieux partagée de ce côté de la Méditerranée. Par contre , au détour d’une boutique , un milicien tout de camouflage vêtu me toise, je baisse les yeux pour la première fois depuis le début du voyage, les regards trompent rarement … celui là ne me disait rien qui vaille. Demi-tour, de toute façon notre temps était écoulé et le guide avait déjà renversé la clepsydre !

Délestage d’une centaine de sheckels (encore), et retour rapide à la case départ.



Paris via Tel Aviv, Elal le retour version «  je fouille trois fois ton sac »avant de te laisser t’envoler… Au dessus des Cyclades, cette phrase d’ Ytzhak Maier, ancien Ambassadeur d’Israël en Suisse résonne encore dans mon cerveau «  le socialisme d’Israel était biblique, il ne l’est plus » Et finalement si c’était la région qui ne l’était plus ? A la poussière tu retourneras, disait l’autre… Au commencement était la terre…

Posté par vittoriogiovanni à 11:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 février 2005

Terra incognita... Chapitre neuf



Vendredi. Pas de poisson au programme mais prières pour tout le monde. Welcome to Jerusalem ! Visite du centre du monde en profondeur… On ne creuse pas sans autorisation… il y va de l'équilibre politique c'est à celui qui était là le premier ! ! Un bout de cailloux vieux de 3000 ans et c'est la merde ! le quartier juif de la Vieille ville est un gruyère…en dessous 2000 ans d'histoire exhumé… les flammes sont passé par là et plusieurs empires. Exit le deuxième temple et Exit JERUSALEM en 70 A.D. Croisades, Empire Ottoman et hop tu ressors en 2003 à quelques pas du Mur des Lamentations (Western wall)… Choc, les soubassements du Deuxième Temple sont surplombés par ce qu'autrefois on appelait le Mont du temple et aujourd'hui l'esplanade des mosquées… Contrôle militaire à l'entrée… Ca ne rigole pas, flics partout et soldats à toutes les entrées !  Le mur expérience mystique  hallucinante… Hassidim, payotes aux tempes partout et des chants qui s'élèvent… Alors que tout d'un coup le chant du muezzin démarre quelques mètres plus haut ! Pas un regard perturbé, on prie comme si de rien n'était, de l'autre côté ils n'existent
même pas. Pas mixte le mur dommage, Israël terre de beautés !


Dans la partie couverte, les plus pieux frisent l'extase mystique en marmonnant leurs incantations parfois pendant plusieurs heures…Tout  Mea sharim, le quartier des juifs les plus orthodoxes de Jerusalem se retrouve là et communie. La Ferveur à l'état pur, le mécréant que je suis est dépassé ! Un jeune milicien passe par là, il accompagne un groupe de jeunes juifs le fusil au poing avec un naturel déconcertant ! Il a l'air blasé, et dis «  qu'il ne verra jamais la paix de son vivant même s'il y croit quand même…». Le fusil est toujours serré contre son cœur, parfois  les gestes en disent plus que les mots…


Après midi libre, Jerusalem Est et quartier musulman de la vieille ville au programme. Bienvenue en Orient, L'occident est de l'autre côté de la rue ici c'est Allah qui préside ! ! ALLAh et le Fanta, et non pas le Fatah, rien à voir !! vachemeent moins pétillant le second. Le vrai celui de mon enfance et de mes vacances en Tunisie, Amdulillah ! ils sont trop forts ces Arabes ! Si je pouvais en ramener  une cargaison je le ferais mais pas sûr qu'ils kiffent au douanes, on se contentera d'un souvenir.


Posté par vittoriogiovanni à 11:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 février 2005

Terra incognita... Chapitre huit



Petit matin calme, brasse au soleil levant, l’heure est à la détente malgré le pessimisme de Stéphane, camarade de chambrée qui a du mal à s’endormir. O temps suspens ton vol, et voilà Lamartine qui s’en mêle. Lac de Tibériade et Bourget même combat. Journée KKL.


 Keren Kayemeth Le Israel. Organisme sioniste par excellence plus vieux que l’Etat. Concept : récupérer plein de thunes dans le monde entier pour planter des arbres, construire des routes des hôpitaux… 300 millions de dollars de budget annuel, possède 25% du territoire d’Israel ! Moshe Cohen au commandes, super cool, plus séfarade tu meurs avec Dany Cohen frère photographe encore plus séfarade tu meurs ! Changement de programme grâce au Putsch de la veille. Annie Paule perd ses derniers signes extérieurs d’autorité. Le Mur est là derrière Qualquilya, autorité palestinienne. Barbelé mirador, flashback : Août 1961… les allemands de l’Est ont adoré la surprise ! côté palestinien on adore aussi… même Bush est contre, c’est vous dire. Côté israélien par contre, on a trouvé que ca comme idée révolutionnaire. Il faut dire qu’elle est loin la révolution socialiste des premiers sionistes. Bonjour le libéralisme, le Bouygues local, il doit être content ! Direction Gilo, banlieue de Jerusalem, derrière la ligne verte. Impacts de balles sur les murs. La réalité médiatique a tout d’un coup un visage ! En face Beit Jala, trous dans les  villas, Tsahal est passée par là… Gilo, appartements au fenêtres blindés et fils de fer barbelés pour couches populaires, le loyer est encore moins cher qu’à Naplouse ! ! Check Point de Bethleem, sous Administration palestinienne dans la foulée, la queue pour rentrer la queue pour sortir…(désolé mais le manque de sommeil ca limite les souvenirs…) 4 heures en moyenne mais là c’est plus cool, « la houdna » qui fait des siennes !


Posté par vittoriogiovanni à 19:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 février 2005

Terra incognita... Chapitre sept



Journée Tsahal, les armes ils en connaissent un rayon. Rayon féminin d’ailleurs ils sont bien servis. Beautés fatales… Armes anti-journalistes de première catégorie, fascinant la minette en uniforme ! Ils font les mêmes en version Ken ! Ken et barbie à l’arrière du bus on ne regarde plus ce qui se passe à l’extérieur… joli tour de passe-passe. Golan. Intérêt stratégique majeur… Tout près la Syrie…la frontière, il n’y a que les Druzes qui la passent pour les mariages, amour sans frontière… en attendant sur la colline d’a côté ca a l’air de moins rigoler, observation permanente et canons prêt à tirer . Ici il n’y a qu’Alex qui est prêt à dégainer. La Pin-Up officier des renseignements débite son speech lunettes de soleil collées sur le nez et fait semblant de ne pas comprendre les questions. La grande Muette. Sympa, le musée de la guerre des 6 jours ! Si on m’avait dit que l’on faisait pousser du blé sur le Golan je ne l’aurais jamais cru. Y a de la vigne aussi ! Ils sont forts ces Israéliens !

 

Qair shamona, le doigt d’Israël. de l’autre côté, le vert Liban. Régime une attaque de katouchia par semaine, erreur de tirs du Hezbollah, bien sûr. Poste frontière là haut sur la crête. De l’autre côté des barbelés, le Hezbollah joue les gardes frontières, Shengen connaissent pas… Le 4 par 3 par contre ils maîtrisent. « Regarde Sharon  tes enfants sont encore au Liban » en Hébreu et en Arabe photos à l’appui, la décapitation est à la mode… tout compris à la pub ces gens là… le cœur de cible est juste en face. Côté Tsahal, le M-16 au poing, les patrouilles se suivent et se ressemblent… Mot d’ordre ne jamais répondre aux provocations, les avions s'en chargent.. le remède est pire que le mal. En face, on aime encore les bonnes vieilles pierres !  La base elle est calme, « la houdna » encore… un Frisson et retour dans la nuit vers la mer de Galilée.



Posté par vittoriogiovanni à 18:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 février 2005

Terra incognita... Chapitre six



Sur les traces du Christ. Le lac de Tibériade n'en laisse pas. Normal quand on marche sur l'eau… ce n'est pas notre cas on y goûtera même pas. Plus vieille synagogue du monde, et prière pour les filles… pour la fertilité  il paraît ! Alex se verrait bien en polygame… Un para avec une intello de gauche ca fait des étincelles… Heureusement qu'on est là pour arrêter l'incendie.

Avant cela , sur le chemin, les stations services ont du bon… chacun y trouve son compte soldats de Tsahal ou bédouins vendeurs de raisins. Plus haut un village. Antenne satellite bricolé, Al-Jazira a la côte en Cisjordanie moins en Judée-Samarie. Biquettes qui ne cachent aucune arme, dommage pour Hervé qui a peur que l'on se fasse tirer dessus. Vieilles dames à leurs portes qui regardent sans rien dire mais qui n'en pensent pas moins. Les regards eux ne trompent pas. Une jeune fille qui garde les chèvres sourire aux lèvres, un fermier qui s'en va…  Coincés dans 10 km carré. Pas le droit de sortir vendre ses légumes à Jéricho. Horizon rétréci, visites régulières de Tsahal, mais la vie continue. Appareil sorti, les enfants s'enfuient le plus jeune a eu peur… d'une arme. Il a raison. La photo est une arme son grand frère l'a bien compris, il fait revenir tout le monde. Souriez le petit oiseau va sortir !

Posté par vittoriogiovanni à 16:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 février 2005

Terra incognita... Chapitre cinq

 

Première conférence, Emmanuel Halperim, plus condescendant tu meurs ! Affrontement verbal, départ précipité, heureusement Michel Azoulay, Jerusalem Post, et Pascale Zonszain, Radio shalom, sauvent l'honneur. débat musclé emprunt d'émotion. Certitudes qui s'envolent avec les bouteilles de vin décidément très discrètes…La nuit israélienne débute tard, 23 heures. Bars points de départs pour d'immenses free parties dans les bois alentours. Boîtes blindés, bars bondés ils sont jeunes et ils s'en foutent, les effets secondaires de « la Houdna ». Deux jeunes filles charmantes m'aident à définir en termes israéliens le concept de Cuba Libre...Show must go on. Chère la bière !

Diplomate au réveil, hommous qui passe mal, le Neghev pour digérer… 60 % du territoire d'Israël, des bédouins partout, et une ville Beer'Sheva. Oasis-Hôpital au milieu de nulle part, tout le monde il est beau, il est gentil surtout quand il s'agit de soigner des enfants. Partenariat de Soroka avec Gaza, mais depuis la seconde Intifada, ils sont moins gentils… a vous de choisir qui.

Mer morte et entreprise bien en vie. Association Israelo-Jordano-Palestinienne dans des produits de beauté. Rencontre avec Uri ben Hur  « futur premier ministre israélien » (sic) qui pense que le magnésium peut solutionner le problème israélo-arabe… quel programme ! sympathique au demeurant, on repart avec de quoi sauver la planète entière ( à 50 % faut pas déconner )… Marche dans le désert, rien de mieux que le désert pour profiter de la vie. Spectacle permanent couleurs ahurissantes, coucher de soleil en prime… 5 km de bonheur, Alex Marciano, 61 ans ancien para de Tsahal, en berger qui guide les moutons pas encore noirs .  Bain dans la mer morte, odeurs de souffre, des vrais cette fois ci... eau 10 fois plus salée que la Méditerranée tu flottes mais tu prends ! 15 minutes maxi sinon gare à ton…

Numéro 2, Simone S., un peu plus énervée que son mari,  venue profiter des joies des minéraux de la «Sea of Life » fuit nos débats testostéronés par la grâce d'un Arnaud très en verge. Bouffe toujours, Uri Cohen le chauffeur du car à l'instar d'Alex a lui aussi des problèmes de libido et s'est offert XXL sur son portable… un véritable fierté. Il faut dire que le monsieur klaxonne les belles jeunes filles au doux son du Chat , « Ratul » en hébreu. Une tradition qui deviendra vite un des leitmotiv des trajets en bus. Docteurs journaleux, Mister bronzés la rentrée dans le bus provoque souvent une transformation type Splendid… nous sommes tous et toutes des Gigi ou des Popeye en puissance.

Dans la nuit au loin les lumières de Jericho. Josué n'est plus là pour faire tomber les murailles, c'est Yasser qui gère la « forteresse du Jourdain » . Mais un nouveau mur va bientôt être levé par les fils de Moshe, ironie de l'histoire, les trompettes ne suffiront plus pour le faire s'écrouler… Le messie n'est pas encore arrivé.

 

Posté par vittoriogiovanni à 14:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 février 2005

Terra incognita... Chapitre quatre




Heureux comme ceux-là qui firent un long voyage. Orphelins de Véronique, la séfarade, nous retournons sur nos pas… Tel-Aviv… 45°… Diaspora… Eau… Jaffa. Tout le monde il est beau tout le monde il est gentil. Rencontre organisée avec la crème de la crème des arabes du coin. D’ailleurs ils possèdent la moitié des bars et des restos…Fuite. Ruelles alentours, misère à toutes les portes, tout est à vendre, c’est brocante tous les jours dans ce quartier ! La liberté prise avec le programme commence à agacer mais on ne nous jette pas encore la pierre. Vieux Jaffa, Moshe Lazny, ancien militaire, pote de Jean Marie Le Pen, lors du parachutage sur Suez : « si on n’est pas les plus forts ils nous renverront à la mer… On a qu’un seul pays, ici et la mer.» La mer d’ailleurs, 30°, légèrement agité à peu agité, du bonheur enfin pas pour tout le monde…


Posté par vittoriogiovanni à 09:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 février 2005

Terra incognita Chapitre trois

 


Retour sur terre, réalité révélée par un chrétien Palestinien au détour de la rue des Patriarches : « ce sont les musulmans qui foutent la merde ! »… Pourtant Joseph (si si je vous jure) à l'air plutôt calme d'apparence mais les passions ne sont pas que dévolues au  Christ dans ces rues désertes... Autre réalité, révélée, elle aussi au souper. Lituanienne, belle comme le diable, et si pieuse à la fois, la perruque ne fait pas le moine.  Premier verre, premier contact avec les détecteurs de métaux : Café Rimon, 2 attentats… premières étoiles.

Posté par vittoriogiovanni à 10:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 février 2005

Terra incognita... Chapitre deux



Passé le chaleureux accueil de l’aéroport Ben Gourion, le non moins chaleureux accueil du Numéro 1 ami de la Tunisie posa tout de suite les bases de ce qui devait être un « voyage d’information ». Prisme israélien, réalité juive et c’est tout. Pas de surprise mais le début déjà d’interrogations. Sensations garanties et  propagande assurée au programme hantaient les esprits de cette aréopage à la fois hétéroclite et homogène de journalistes «  curieux et audacieux » selon les propres mots du numéro 1 de l’organisation, Gilles S. Peut être espérait il que la quiétude de l’hôtel de luxe endormirait la vigilance de la jeune classe…


Les joies de la piscine entamèrent quelques instants la volonté de chacun. Au milieu de l’eau on apercevait au loin Betlheem. Les charmes de nos trois naïades perturbaient un peu la douce vision qui s’offrait à nos yeux. Nager en charmante compagnie en haut d’un hôtel qui donne sur la vieille ville de Jérusalem perturberait n’importe quel péquin… pas besoin d ‘être journaliste pour ce la. Rapidement la curiosité repris le dessus sur le bain de soleil. La vieille ville nous ouvrait ses portes et ses mystères. Première sensation de solitude dans la ville la plus sainte du monde, désertée par les hordes de touristes qui ont préféré des terres moins sensibles. La rue est à nous.



 Souhk, ruelles escarpées, pavés centenaires, et finalement au détour d’un mur millénaire : Le Saint Sépulcre. Rupture du continuum espace temps. Prêtres sortis d’un autre Temps , Beaudoin 1er   roi de Jerusalem, croisades, Golgotha, Godefroy de Bouillon, Arméniens, Grecs, Coptes, 2000 ans d’histoire nous contemple… les gens embrassent le sol, là ou Jésus aurait posé le pied…



 Cérémonie arménienne… rechute… 1003 A.D, chants mystiques bougies, prières, les regards sont cachés par des bures sombres comme la nuit, comme un pied de nez à Darwin.

Posté par vittoriogiovanni à 11:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 janvier 2005

Terra incognita... Chapitre un

Dans les couloirs de Roissy, on a à peine le temps de mieux se connaître. Reconnaître plutôt. Au cas où l'un d'entre nous aurait déjà maille à partir avec un gros bras du shin-beth ou de toute autre agence de renseignement sémite. Le calme avant la tempête ?

Le séjour se passe sans un bruit, sans un mot comme s'il fallait atteindre la terre sainte pour déballer son sac. Tout juste, quelques sourires et regards  s'échangent aux travers des « coursives ». Un dossier de presse remis au départ alimente juste les interrogations. En effet,  les sensations garanties et  la propagande assurée au programme hantent les esprits. Le réveil sonne comme un crissement de pneu. Atterrissage.  Ben Gourion International. Chaleur au sol 50°… Ciel bleu nuage blanc comme un drapeau d'israël. Ils n'avaient pas menti sur la brochure. La descente sur le tarmac, me fait penser aux visites présidentielles, seul manque Jimmy Carter… Tout le monde à déjà envie d'embraser le sol. Personne ne s'y risque. N'est pas Jean Paul II qui veut. Sortie par le guichet diplomate. Le passeport chinois de Chloé pose quelques soucis mais ça passe. A-P joue pour une fois les conseillers de bonne augure :

«  n'oublier pas de demander votre visa sur feuille volante sinon vous serez bon pour vous en faire un second pour les pays arabes… »

Pas con, mais dommage, ça va faire un trou dans la « collec ».  Sorti de la quiétude et de l'air conditionné de Ben Gourion un mini-van nous attend. Uri Ben Hur ( si si je vous jure !) conduit le char. Râblé, large d'épaule, crâne rasé et lunettes de soleil, pas véritablement un poète, le chauffeur.

«  N'oubliez pas de boire »  nous dit-il dans un anglais hésitant en nous montrant un petit frigo. Nous apprendrons plus tard, le coût de ce conseil. Pas de risque tellement il fait chaud ! Les lunettes de soleil sortent des sacs et les appareils quittent les épaules. Jérusalem n'attend pas.

Je me vois bien, genre, croisé la cotte de maille sur le dos mille ans plus tôt, et dire un truc comme ça….


Les portes de Jérusalem approchaient et nos yeux s'écarquillaient. Juché là haut dans la montagne ( 700 mètres d'altitude), la vraie ville éternelle se livre à nos regards dévots… Surpris par une certaine modernité, la vieille ville au loin nous rappelle à l'ordre. Collés aux fenêtres du car comme des carpes, chacun n'a de cesse que de mettre pied à terre. La première croisade revient à nouveau jouer de la trompette à mes oreilles...
Hotel King Salomon. Terminus tout le monde descend.
 

Pas le temps de profiter de la vue, Numéro 1 nous attend...

Posté par vittoriogiovanni à 01:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]